Loading...
//La polémique inutile? …le syndrome de Stockholm poussé jusqu’à l’absurde !

La polémique inutile? …le syndrome de Stockholm poussé jusqu’à l’absurde !

La polemique inutile ? 

Le syndrome de stockholm poussé jusqu’à l’absurde

La mode africaine, ce sujet aussi passionnant est souvent marquée ou malheureusement mis en valeur par des scandales qui parfois ne valent vraiment pas la peine d’exister.

La collection printemps – été 2018 de Stella McCarteney @ catwalk / Getty images


La mode africaine, ce sujet aussi passionnant est souvent marquée ou malheureusement mis en valeur par des scandales qui parfois ne valent vraiment pas la peine d’exister.
Nous n’allons pas tourner autour du pot, nous préférons d’emblée vous annoncer que nous n’éviterons pas certains mots donc nous vous épargnerons certaines tournures de phrase remplies de diplomatie dans la suite de cet article.
Plusieurs polémiques émaillent souvent la scène de la mode durant les glorieuses présentations de futures collections. Nous pouvons vous citer le scandale qu’avait créé le défilé de mode de Moncler à Milan en 2016. La presse française s’indignait d’un show aux connotations terroristes trop évidentes. Récemment, il y a eu le scandale de la discrimination raciale ou encore celui du mauvais traitement des mannequins lors des castings dans certaines grandes agences de mannequinat, une situation fréquente, heureusement que les voix commencent à s’élever pour la dénoncer.

Joan Smalls au défilé automne – hiver 2017 – 2018 de Lanvin


Le scandale de la polémique autour de « l’appropriation de la culture africaine » au profit de la mode occidentale, scandale naît suite à « l’exploration » du « Wax africain » par la créatrice de mode britannique Stella McCartney. Cette polémique ne devrait normalement même pas avoir lieu pour deux raisons :

Premièrement, le Wax n’est pas d’origine africaine d’où le titre « le syndrome de Stockholm poussé à jusqu’à l’absurde » … Pour la très petite histoire car on peut en parler durant des jours, le wax est un tissu commercialisé par certaines entreprises occidentales, pour la grande majorité, en Afrique. Le Wax au départ est un tissu qui était conçu pour être commercialisé en Indonésie d’où était tirée son inspiration. Le Wax est ce qu’on pourrait d’ailleurs appeler un broyeur de culture dans le continent africain car étant introduit durant le colonialisme, ce tissu a malheureusement fini par faire croire aux africains qu’ils en étaient le concepteur et pour aller plus loin, il serait, le wax évidemment, culturel à la mode ancestrale africaine.

La collection printemps – été 2018 de Stella McCarteney @ catwalk / Getty images


DONC le Wax, un tissu conçu par des entreprises occidentales en s’inspirant des motifs indonésiens ( le batik ) au départ est devenu le symbole de la culture vestimentaire en Afrique au détriment de vrais tissus africains. Et comme-ci ça ne suffisait pas, les africains se mettent à reprocher aux autres créateurs de faire de l’appropriation culturelle en utilisant ce tissu.

Deuxièmement, de quel droit les africains doivent toujours s’ériger contre toute création s’inspirant de la culture africaine comme-ci le fait de s’inspirer serait intrinsèquement lié à une appropriation culturelle? Les africains se justifient-ils quand ils empruntent les codes des autres cultures pour s’exprimer?
Actuellement, en architecture, dans la mode, dans l’automobile, dans plusieurs domaines, les africains s’inspirent aussi bien des autres cultures et personne s’en plaint! 


En conclusion sur ces deux points cités ci-haut, les jeunes africaines et africains qui se sont plaints de l’appropriation culturelle du wax ,alors que ce dernier n’est pas d’origine africaine et serait même le bourreau de la mode africaine, devraient se poser les bonnes questions.
Plusieurs questions peuvent être soulevées sur l’appropriation culturelle car on doit parfois avouer qu’elle est très souvent dans les deux sens.
Arrêtons-nous juste sur la mode, supposons que les occidentaux se plaignent de l’appropriation culturelle contre des marques africaines qui conçoivent des vêtements d’origines occidentales ou culturels à l’Europe par exemple, ça semblerait ridicule comme revendication, seulement les africains crieront au racisme? Les africains estimeront qu’ils ont le droit d’explorer la culture occidentale, de s’en approprier pour diverses motifs ( esclavagisme, colonialisme, … ) ?

L’autre question découle de la critique qui conclut que c’est surtout parce qu’aucune femme noire n’a défilé avec cette tenue que c’est de l’appropriation culturelle. Les mêmes africains qui s’en plaignent n’auraient-ils pas vu cette scène comme une accentuation des stéréotypes? Une partie d’africains n’auraient-ils pas vu cela comme une propagande du Wax alors que ce tissu fait de l’ombre aux vrais tissus africains? Les mannequins noires qui auraient défilés n’auraient pas été lynché sur internet pour diverses raisons?


L’autre critique, un peu justifiée d’ailleurs, sur le manque de créativité du styliste sur cette touche africaine, car à en lire certains, c’est simplement des tenues ordinaires d’une « Mama africaine » qu’on a fait porter à « une blanche »… Ce n’est pas la première fois qu’un styliste ne se prenne pas la tête , ça peut se comprendre non ?!!.
On pourrait aussi se demander si l’Afrique n’a pas fait une « Appropriation culturelle » en revendiquant le wax comme un tissu africain alors que l’origine et la production ne les sont pas.

Ce n’est pas une prise de défense de la créatrice Stella McCarteney mais c’est une suite de question visant à mettre en lumière l’origine du Wax qui rend incohérente cette revendication d’appropriation culturelle.

Lire l’article du journal Le Monde : Comment le wax fait croire qu’il est africain et étouffe les vrais tissus du continent

L’appropriation Culturelle, si on essayait d’en parler …


L’appropriation culturelle existe-t-il ? … OUI, elle existe !
Plusieurs causes sont aussi à l’origine d’une appropriation culturelle …

  • L’appropriation culturelle est liée au manque de culture de certaines personnes sur certaines réalités historiques ordinaires d’un coté et dérangeantes de l’autre,
  • Elle peut aussi être le fruit d’une mauvaise volonté d’occulter l’origine d’une inspiration. Pourtant tout le monde aura à gagner à ce que la vérité soit dite dès le départ.
    L’offense d’une appropriation culturelle de nos jours provient surtout du fait qu’un profit soit tiré par les personnes privilégiées sur le dos des personnes oppressées. L’exemple des » dredalocks » de Kylie Jenner qui sont qualifiés d’avant-gardistes alors qu’une oppression est systématiquement faite sur les femmes noires portant cette coiffure. On pourrait aussi citer la modification joyeuse et romantique de l’histoire de Pocahontas ( Maotaka de son vrai nom ) qui fut enlevée par les anglais, cette histoire est une offense à tout un peuple mais disney l’a romantisé au point d’occulter la véritable histoire d’oppression. Nous n’osons même pas imaginer le scandale que ça pourrait créer si un film d’animation était fait en utilisant l’histoire de Anne Frank et en lui donnant une dimension de découverte du monde mêlée à une histoire romantique puis suivi d’une fin heureuse.
  • L’appropriation culturelle est aussi le fruit d’une humanité qui n’arrive pas à soigner ses conflits du passé. Des conflits parfois datant d’une génération avant celle qui s’en plaint ( devoir de mémoire, rétablissement historique, …les raisons sont diverses. )
    Une appropriation culturelle est très souvent un aveu de faiblesse ancré dans le subconscient des descendants d’un peuple qui a été dominé car souvent l’emprunt d’un descendant d’un peuple » dominé » dans une autre culture considérée comme dominante n’est parfois jamais taxé d’appropriation culturelle.
  • L’appropriation culturelle est un fait et personne ne peut affirmer le contraire. C’est quoi en revanche la limite entre l’appropriation culturelle et l’échange culturelle? Et doit-on toujours » échanger culturellement » ou on peut aussi prendre dans une autre culture sans se soucier des conséquences?

En conclusion …


Il y a peut-être un besoin légitime de dénoncer, de réclamer une justice ou encore une reconnaissance mais les africains n’auraient-ils pas plus à gagner à employer la même énergie pour valoriser les créations faites avec les vrais tissus africains? Pour ne parler que de la mode.

Et si les africains utilisaient la visibilité de chaque appropriation culturelle pour mieux expliquer la culture au lieu de se plaindre de l’appropriation?

Sachant que le sujet est très large et très souvent sujet à polémique car mêlant mémoire historique et manque de réparation sur la scène contemporaine, nous reviendrons plus en profondeur sur certains sujets.


Nous parlerons aussi du Boycott que subisse certaines marques pour chaque scandale qu’elle suscite…
Est-ce vraiment la stratégie? Certaines marques refont d’ailleurs surface en exploitant des scandales qu’elles planifient en interne. Dans un monde où la course à la qualité est jointe à la quête des prix bas, le boycott généralisé devient même une stratégie marketing… La pub, c’est les autres qui la font à votre place. Nous parlerons des scandales maîtrisés en marketing.


Au final pour revenir à cet article, la grande question est de savoir si parler d’appropriation Culturelle sur le Wax n’est pas le fruit d’une ignorance sur l’origine même du Wax…

Publicités





Coup de Coeur


 

By |2018-11-29T15:09:24+00:00janvier 8th, 2018|Mode|Commentaires fermés sur La polémique inutile? …le syndrome de Stockholm poussé jusqu’à l’absurde !